法 / 灋 : exemple d’étymologie graphique erronée

Dans son petit livre de synthèse sur le droit chinois, Frédéric Constant et Christophe Lopez introduisent leur sujet à l’aide d’une histoire expliquant l’origine du caractère 法 fǎ (« droit »), et reprenant peu ou prou lˈexplication donnée dans le 說文解字 Shuōwén jiězì de 許慎 Xǔ Shèn (c. 58 – c. 148), à savoir que la clé de l’eau correspondrait à une idée de nivellement hydrique (平之如水), et que la partie droite décrirait une licorne légendaire 廌 zhì éradiquant (去 qù) torts et fautes (𢊁所㠯觸不直者去之, 法之正人如𢊁之去惡也).

Essayons de confronter cette petite histoire à ce que nous apprend la phonologie historique du chinois sur ce caractère.

法 / 灋 fǎ (fà) – chinois médiéval (transcription Baxter) pjop – est reconstruit *[p.k]ap en chinois archaïque (reconstruction Baxter/Sagart ; les parenthèses indiquent qu’il est possible qu’un phonème ait pu exister, sans qu’il soit impératif de le supposer, et les crochets que le son était soit celui reconstruit, soit un autre produisant les mêmes réflexes). Pour 法 / 灋, des avatars de la rime se retrouvent dans les emprunts au chinois (vietnamien pháp, coréen 법 beop) et le réflexe -ap peut être observé dans quantité de langues chinoises modernes (/fap7/ pour plusieurs variétés de hakka, /huap/ en chaozhou, etc.).

La reconstruction de cette rime peut être par ailleurs constatée dans beaucoup de syllabes transcrites par des caractères possédant l’élément 去 (exemples tirés de Baxter & Sagart, 2014, p. 153 ; *archaïque > médiéval > mandarin) : 胠 *[kh]<r>ap > khjaep > qū ‘armpit, right wing of an army’ ; 劫 *k(r)ap > kjaep > jié ‘rob’ ; 盍 *m-[k]ʕap > hap > hé ‘thatch, cover (v.)’ ; 蓋 *[k]ʕap-s > kajH > gài ‘cover (v.); cover (n.)’

去 qù quant à lui correspond sur le temps long à deux mots différents :

  • chinois médiéval khjoX « supprimer », reconstruit *[k]h(r)aʔ (< *[k]h(r)ap) en chinois archaïque ;
  • chinois médiéval khjoH « départ, fait de quitter », reconstruit *[k]h(r)a-s (< *[k]h(r)ap-s) en chinois archaïque, le suffixe -s étant ici reconstruit pour expliquer le ton partant H du chinois médiéval.

La rime *-ap est ici reconstruite en raison de la série phonétique constatée pour 去, mais il est vrai que ce réflexe ne peut être constaté dans aucun emprunt d’une langue étrangère au chinois, ou dans aucune langue chinoise moderne ; le chinois médiéval quant à lui pointe en fait plutôt vers une une vélaire, et c’est d’ailleurs une vélaire qu’on retrouve dans les reconstructions de Li Fang-kuei, Zhou Fagao et Dong Tonghe.

Il n’est cependant pas très raisonnable d’imaginer qu’un élément présent dans quasiment tous les caractères de la série phonétique de 去 n’ai pas été (du moins à l’origine) présent pour 去, et Baxter et Sagart en vertu de ce même raisonnement reconstruisent une rime *-ap pour un stade ancien, proposant plusieurs hypothèses pour expliquer la disparition du *-p.

Du point de vue de 法/灋 cependant, on pourrait très bien se passer du besoin de vérifier la concordance phonétique de 去, du fait du grand nombre de syllabes dans la série phonétique : il est évident que 灋 est bel et bien un idéo-phonogramme (i.e. un caractère donnant accès autant au son qu’opérant une classification au niveau du sens), et que ce qu’en dit le 說文 n’est que l’interprétation d’un lettré du 1er siècle de notre ère, ne correspondant sans doute pas aux raisons ayant présidé au choix des concepteurs du caractère 灋 avant lui.

Conclusion

Il est vrai que l’histoire est intéressante, et est un candidat idéal pour l’introduction d’un ouvrage d’introduction au droit chinois … Mais la réalité est hélas plus terre à terre.

L’exemple est intéressant cependant en ce qu’il montre la propension, dès qu’il s’agit d’écriture chinoise, à confondre des interprétations a posteriori (mêlant souvent origine graphique, moyens mnémotechniques, et étymologie ne se fondant que sur la sémantique) avec les préoccupations des premiers « transcripteurs » du chinois, souvent probablement bien plus prosaïques.

Il montre par ailleurs l’intérêt de la linguistique historique du chinois même pour une discipline pourtant aussi éloignée que le droit, dès lors que cette dernière s’intéresse aux origines du caractère transcrivant le terme la désignant.

Références

Baxter, William & Laurent Sagart. 2014. Old Chinese : A New Reconstruction. Oxford University Press.

Constant, Frédéric & Lopez, Christophe. 2013. Le droit chinois. Dalloz

Les loci à la rescousse du tangoutologue ?

Dans son travail d’apprentissage des caractères, le tangoutologue se trouve face à une tâche qui peut vite sembler insurmontable : plus de 6000 graphes, dont beaucoup ne se distinguent que par un trait de plus ou de moins ; des constituants dont la signification certaine n’a pas encore été mise au jour ; du point de vue de la prononciation, beaucoup d’allophones, des reconstructions à affiner ; quant au sens, s’il est en gros aisément accessible de par les dictionnaires de caractères tangoute / chinois, seul un travail conjugué sur la reconstruction, l’étymologie avec les langues modernes et la grammaire peut permettre une compréhension à même de favoriser la rétention … Bref, la tâche n’est vraiment pas aisée : elle demande investissement, régularité, disponibilité.

Les méthodes que j’ai employées jusqu’à présent sont au nombre de trois : outre la transcription linéaire des textes accompagnant le travail de constitution des corpus, j’ai pu accorder des plages de simple recopiage des textes, accompagnées d’apprentissage par coeur de pages choisies pour leur contenu ; j’ai encore constitué durant mon master une liste de 800 caractères classés par ordre de fréquence, fournissant un chemin d’accès plus rapide au contenu des manuscrits.

Malgré ces trois approches, l’acquisition d’une vitesse de lecture satisfaisante est de mon point de vue encore un objectif à réaliser : une liste de fréquence fournit un excellent matériau pour un manuel d’introduction à la lecture du tangoute, mais n’est pas forcément à même de garantir une rétention optimale de chacune des facettes (graphe, son, sens) du caractère rencontré. Une parfaite rétention du couple graphe-sens n’augure rien de la rétention de la prononciation, qui est pourtant essentielle pour un accès complet au sens (approche dont la plupart des départements de philologie en Chine fournissent un exemple, à mon sens problématique).

Dans mon désir récent de raccourcir cette phénoménale tâche d’acquisition, je me suis rappelé d’une mésaventure du moment où j’étais étudiant de licence, qui m’a fait rencontrer pour la première fois il y a cinq ans le monde des techniques de mémorisation ; au sortir de quelques lectures supplémentaires, je pense désormais qu’il ne serait pas complètement impossible d’établir un système applicable à l’écriture tangoute.

Tout d’abord, l’événement.

Il y a cinq ans, un beau mois de décembre, alors étudiant en fin de licence … je me trouvais dans une situation complexe : admis par équivalence en L2 de droit, je venais juste d’obtenir un emploi en bibliothèque, et devais me présenter pour des entretiens supplémentaires, ainsi que quelques sessions de formations, alors qu’avaient lieu les mêmes jours mes partiels de droit, que je n’avais évidemment pas encore eu le temps de préparer (je n’assistais pas aux cours). L’examen de droit international public (DIP) avait lieu un jour après celui de droit européen, à midi, alors que celui de droit européen se terminait la veille à 18h, c’est dire le peu de temps dont je disposais alors pour me préparer.

Après une soirée d’in(di)gestion de droit européen, suivie après une courte nuit d’un rendez-vous matinal à la bibliothèque, je me rendis sur la route de l’examen, pour finalement me retrouver bloqué durant 2 heures par le RER … empêché de composer ; de retour chez moi, penaud, épuisé par l’effort, et tout bonnement écoeuré, je n’arrivai même pas à trouver ne serait-ce que le courage de me pencher sur les contenus de l’épreuve suivante, tant et si bien que c’est seulement le lendemain matin à 8h que je commençai à travailler le DIP. 

Comme beaucoup, j’avais vu The Mentalist, et le cours, qui ne faisait grosso modo que reprendre la Convention de Vienne sur les traités de 1969, convenait tout à fait à la constitution de ce que Patrick Jane qualifie dans la série de « palais de mémoire » – également qualifié de « parcours » par l’octuple champion du mon de mémoire Dominic O’Brien ou de « chambre romaine » par Tony Buzan – système qui se fonde sur la méthode des loci des rhéteurs antiques.

Je décidai de tenter le tout pour le tout, et d’essayer de placer des contenus en lien avec le sens de chaque article de manière contiguë, face à moi, dans ma chambre.

Mon état de stress se dissipai très rapidement : à mesure que je projetais des scènes toutes plus loufoques les unes que les autres, je me rendis vite compte que mémoriser les 85 articles de la convention serait effectué dans les temps ; je m’acquittai de la tâche en 2h et, parvenu sur les lieux de l’examen, composai le sourire aux lèvres tout du long, pas seulement parce que j’étais heureux de m’en tirer à si bon compte (j’obtiendrai finalement 17/20 en ayant ouvert mon cours le matin même), mais surtout parce que je devais produire un sérieux effort pour me retenir de rire à la vue des scènes qui émaillaient mon espace de vie habituel.

N’ayant pas parcouru ce chemin depuis 5 ans maintenant, j’ai oublié une grande partie de la convention, mais il reste tout de même des images, comme par exemple cette épée sortant du luminaire sous le plafond au son d’un retentissant « ius cogens » pour l’article 53, ou ces mignons petits Etats avec leurs petites pattes et leurs gros biceps pour l’article 6 … C’est dire tout de même la puissance du procédé.

Il m’est arrivé par la suite d’employer occasionnellement ce système pour des listes ; mais jamais je n’ai trouvé une applicabilité au tangoute : la tâche semblait trop ardue, le nombre d’informations à encoder trop volumineux.

Cependant, en me renseignant récemment sur les techniques un peu plus avancées utilisées par les champions de mémorisation pour retenir des dictionnaires entiers dans l’ordre, et après avoir appris que les jésuites employaient les loci pour mémoriser les classiques chinois, je me suis décidé à réfléchir à la possibilité d’un tel système pour le tangoute. Les champions de mémoire n’ont pas des capacités différentes de celles de tout un chacun : ils ne font que mettre en application des techniques de visualisation rationalisée, et la mise en place d’un tel système pourrait tout à fait convenir au 夏漢字典 par exemple.

La tâche est donc possible. Mais comment procéder ?

Première étape, préparer le terrain :

1) Il faut dans un premier temps définir l’espace à parcourir ; c’est peut-être l’élément préliminaire le plus délicat : trouver un espace visualisable permettant de caser environ 6000 scènes correspondant à chaque caractère. J’ai pensé au corps humain : de manière kinesthésique, on peut a priori répertorier 400 espaces sur les deux membres supérieurs ; la tête peut fournir un champ aisément décomposable, mais il n’est pas certain que cela soit suffisant. Une solution pourrait être de visualiser deux corps humains, et de choisir entre la face A et la face B, en tournant la page.

On voit tout de suite l’avantage de ce type de technique : l’emplacement de chaque scène correspond en fait au numéro d’ordre du dictionnaire, et des nombres frontières peuvent permettre de se localiser rapidement pour retrouver un caractère (à la manière de l’ordre alphabétique dans un vrai dictionnaire).

2) Il faut ensuite trouver des équivalents pour chaque constituant de l’écriture tangoute ; ces derniers étant moins nombreux qu’en chinois, la tâche n’est pas impossible ; la difficulté réside dans les constituants au sens obscur, pour lesquels il sera nécessaire d’attribuer arbitrairement un équivalent visualisable.

Une fois ces deux matériaux disponibles, on peut alors passer à la mémorisation proprement dite :

1) Il faut trouver une technique permettant de fixer l’ordre d’apparition des constituants (mémorisation du graphe) : un coeur en liberté attrapé par un lasso de laurier dans la main d’un homme pour « homme » (ne se sentant homme que parce qu’il a retrouvé son coeur ?), un homme s’arrachant le coeur à l’aide d’un lasso de laurier pour « coeur » (pour le montrer aux autres ?) ; pour les clés constituant des éléments naturels : la présence au dessus, à côté, en dessous, pourrait éventuellement suffire.

2) La tâche sera parallèlement d’attacher un sens à ce caractère (mémorisation du sens) : dans l’idéal, il faut que la scène construite à l’aide des constituants permette de deviner le sens au premier coup d’oeil. C’est pour cette raison que les constituants doivent être soigneusement choisis …

3) L’élément le plus délicat est alors d’attacher une image sonore à cette scène (mémorisation du son). Certains éléments binaires peuvent être aisément visualisables, tels les tons ou la présence d’un grade III : la scène d’un premier ton peut avoir lieu en plein jour, celle d’un deuxième ton la nuit ; il peut pleuvoir (parapluie ?) pour un grade III, et faire beau temps pour les autres grades. Pour la prononciation proprement dite : peut-être imaginer une mise en abîme avec une scène racontée par l’élément principal de la scène (toujours doué de parole) ; l’encodage de l’image sonore quant à lui ferait appel à des étymologies connues ou à une langue tierce sous forme de rébus (toujours la même).

L’avantage d’un tel système est qu’en fin de course, on n’a pas seulement mémorisé : on peut même dans la majeure partie des cas se passer de dictionnaire, puisqu’on est soi-même le dictionnaire. Le désavantage réside dans la portabilité du système : du fait du fonctionnement même de la mémoire, le contenu de chaque système ne peut être que le résultat d’un investissement personnel. 

La phase préliminaire débutera cette semaine, et consistera dans les prochaines semaines à établir un corpus d’éléments visualisables, de trouver un palais suffisamment grand, et de mieux réfléchir à l’encodage de l’image sonore. Ces étapes franchies, le travail d’encodage pourra commencer. Il pourra alors être intéressant de noter le temps mis à l’accomplissement de la tâche tout au long du processus par la tenue d’un mini-journal de bord.

Une réflection analogique entre numéraux et préverbes d’orientation en tangoute ?

Les préverbes d’orientation du tangoute trouvent en geshiza une parfaite contrepartie :

𗱢 nʲa¹- :: næ- (bas) ; 𗋚 .wʲə²- :: wə- (G. aval, T. centrifuge) ; 𘙌 kʲə¹- :: gæ (G. amont, T. centripète) ; 𗞞 dʲa²- :: dæ- (non orientationnel).

Noter la divergence entre les coronales (a :: æ, par ailleurs largement attestée) et la vélaire (configuration similaire avec le numéral « 9 » : ŋgæ :: 𗢭 gʲəə¹ – une prénasale devrait d’ailleurs ici probablement être reconstruite en tangoute) ; concernant 𗞞 dʲa²- :: dæ-, outre la correspondance, on observe une similitude de comportements assez frappante entre tangoute et geshiza, tant en termes distributionnels (verbes similaires) que sémantiques (complétion de l’action sans orientation) et collocationels (co-occurrence privilégiée de l’inférentiel), qui doit nous conduire à l’interpréter comme un perfectif (point développé dans un article en cours).

Cependant il y a au sein de la série deux cases qui ne concordent pas : premièrement, le préfixe pour « haut » est rə- en geshiza, .a- en tangoute ; deuxièmement il existe un préverbe en tangoute 𘙇 rʲəʳ²- qui encode une direction non définie, et qui semblerait en fait indiquer une idée de distance (la rhotacisation est due à l’initiale). D’un point de vue sémantique, étant donné que le rə- du geshiza indique également l’éloignement vis-à-vis d’un référent fluvial, le glissement ne semble pas impossible.

A côté des préfixes, il existe parmi les numéraux une forme préfixée à un classificateur, écrite à l’aide du même caractère 𗈪 .a- en tangoute, æ- en geshiza (noter la correspondance), ce même 𗈪 .a- peut servir de préfixe interrogatif, rôle également dévolu à un morphème æ- en geshiza. Les numéraux libres sont respectivement 𘈩 lew¹ et rəu.

En khroskyabs de Wobzi, la distribution est, du point de vue des deux directions (haut ə̂-, indéfini rə-), du préfixe modal ə̂-, et des numéraux (ə̂-, rɑ̂ɣ), complètement identique à celle du tangoute. Mais alors, d’où vient cette rupture constatée en geshiza ?

Le rgyalrong de l’Est pourrait donner quelques indices : en japhug, le préverbe pour « haut » tɤ- (:: geshiza rə-) partage une identité d’initiale avec le numéral libre pour « un » tɤɣ ( :: wobzi rɑ̂ɣ) ; le corrélat lié est, de façon beaucoup plus logique qu’en ouest-rgyalronguique, tɯ-; enfin, il existe un préfixe interrogatif ɯ-.

On peut supposer le chemin suivant.

Pour le numéral libre « un » le seul changement observé est la latéralisation de la coronale initiale, puis le changement ɣ > w en tangoute et geshiza. Pour les préfixes interrogatifs, on devrait pouvoir reconstruire une forme *V-.

A l’origine *rə- encodait la direction « haut », ainsi que le montre ce qui semble être une rétention du geshiza (:: japhug tɤ-). Pour la forme liée du numéral « un » : il pourrait tout aussi bien s’agir d’une innovation ouest-rgyalronguique que d’une analogie ayant eu lieu en est-rgyalronguique. Nous privilégions la première option.

D’une base polysémique *rə- aurait pu se spécialiser dans l’encodage d’une direction indéfinie, quand par analogie avec les autres formes préfixées, .a- et ə̂-venaient occuper le créneau dédié à l’encodage de la direction « haut » ; cette réanalyse aurait pu se faire en plusieurs étapes, ainsi que le montre la préservation d’une latérale dans la série irréelle du .jorogs, ou le corrélat de o- (« haut ») est la-.

Pour valider cette hypothèse, une meilleure compréhension des conditions de passage des occlusives aux latérales, une documentation complète des directionnels du horpa et une compréhension plus fine de l’indéfinitude de la directionnalité de 𘙇 rʲəʳ²- seront nécessaires.

Pour citer ce billet: Mathieu Beaudouin, "Une réflection analogique entre numéraux et préverbes d’orientation en tangoute ?," in Philo-linguistica, 31/03/2020, https://philoling.hypotheses.org/97.