À propos

Mon nom est Mathieu Beaudouin, je suis actuellement doctorant au Crlao – Centre de recherches sur les langues d’Asie orientale (Inalco/Ehess/Cnrs), où je prépare, sous la direction de Guillaume Jacques, une thèse portant sur la grammaire du tangoute, langue sino-tibétaine médiévale éteinte. Je donne également, dans le cadre de ce doctorat, des cours de langue et civilisation au sein du département d’études chinoises de l’Inalco. Ce blog participe d’une démarche revendiquant l’unification de deux disciplines habituellement séparées au sein du monde académique : la philologie d’une part, et la linguistique (principalement d’obédience typologique et historique) de l’autre ; il participe également d’une volonté plus générale de lier à leur tour ces deux approches aux autres disciplines ayant trait de près ou de loin à l’anthropologie prise dans un sens à la fois premier et étendu (en Asie centrale et orientale principalement, mais pas exclusivement) : archéologie, génétique, histoire … Le tangoute se prête admirablement à l’exercice, de par les entrées multiples et étroitement interdépendantes conduisant à son étude : troisième langue attestée par un grand nombre de textes de la famille sino-tibétaine après le chinois et le tibétain, elle fait partie, a contrario de ces dernières, d’une famille conservant mieux la morphologie ; langue de l’Etat tangoute, elle a également été un des vecteurs importants du bouddhisme en Asie centrale ; tout en s’inspirant des caractères chinois, les scribes tangoutes ont développé un système d’écriture unique, à l’accès difficile et aux procédés de composition principalement sémantiques … Ces quelques exemples montrent assez aisément le besoin, pour affronter cette langue, de s’armer de pluridisciplinarité, afin d’être à l’aise aussi bien avec l’outil – la langue – que son vecteur – l’écriture, aussi bien avec le contenu – textuel – que son contexte – historique et idéel. Le but de cette plateforme est donc double : il s’agit d’une part de partager avec un public francophone des idées, réflexions, hypothèses voire même découvertes encore trop peu solides pour faire l’objet d’une publication ; il s’agit de l’autre de s’essayer à une pensée plus réflexive relativement aux ponts méthodologiques pouvant exister entre les différentes disciplines que nous venons d’évoquer. J’invite toute personne intéressée par les billets émis sur ce blog à m’honorer de ses commentaires, qu’il s’agisse d’apporter une précision, de relever une erreur, ou bien d’initier une discussion.