Archives par mot-clé : droit

法 / 灋 : exemple d’étymologie graphique erronée

Dans son petit livre de synthèse sur le droit chinois, Frédéric Constant et Christophe Lopez introduisent leur sujet à l’aide d’une histoire expliquant l’origine du caractère 法 fǎ (« droit »), et reprenant peu ou prou lˈexplication donnée dans le 說文解字 Shuōwén jiězì de 許慎 Xǔ Shèn (c. 58 – c. 148), à savoir que la clé de l’eau correspondrait à une idée de nivellement hydrique (平之如水), et que la partie droite décrirait une licorne légendaire 廌 zhì éradiquant (去 qù) torts et fautes (𢊁所㠯觸不直者去之, 法之正人如𢊁之去惡也).

Essayons de confronter cette petite histoire à ce que nous apprend la phonologie historique du chinois sur ce caractère.

法 / 灋 fǎ (fà) – chinois médiéval (transcription Baxter) pjop – est reconstruit *[p.k]ap en chinois archaïque (reconstruction Baxter/Sagart ; les parenthèses indiquent qu’il est possible qu’un phonème ait pu exister, sans qu’il soit impératif de le supposer, et les crochets que le son était soit celui reconstruit, soit un autre produisant les mêmes réflexes). Pour 法 / 灋, des avatars de la rime se retrouvent dans les emprunts au chinois (vietnamien pháp, coréen 법 beop) et le réflexe -ap peut être observé dans quantité de langues chinoises modernes (/fap7/ pour plusieurs variétés de hakka, /huap/ en chaozhou, etc.).

La reconstruction de cette rime peut être par ailleurs constatée dans beaucoup de syllabes transcrites par des caractères possédant l’élément 去 (exemples tirés de Baxter & Sagart, 2014, p. 153 ; *archaïque > médiéval > mandarin) : 胠 *[kh]<r>ap > khjaep > qū ‘armpit, right wing of an army’ ; 劫 *k(r)ap > kjaep > jié ‘rob’ ; 盍 *m-[k]ʕap > hap > hé ‘thatch, cover (v.)’ ; 蓋 *[k]ʕap-s > kajH > gài ‘cover (v.); cover (n.)’

去 qù quant à lui correspond sur le temps long à deux mots différents :

  • chinois médiéval khjoX « supprimer », reconstruit *[k]h(r)aʔ (< *[k]h(r)ap) en chinois archaïque ;
  • chinois médiéval khjoH « départ, fait de quitter », reconstruit *[k]h(r)a-s (< *[k]h(r)ap-s) en chinois archaïque, le suffixe -s étant ici reconstruit pour expliquer le ton partant H du chinois médiéval.

La rime *-ap est ici reconstruite en raison de la série phonétique constatée pour 去, mais il est vrai que ce réflexe ne peut être constaté dans aucun emprunt d’une langue étrangère au chinois, ou dans aucune langue chinoise moderne ; le chinois médiéval quant à lui pointe en fait plutôt vers une une vélaire, et c’est d’ailleurs une vélaire qu’on retrouve dans les reconstructions de Li Fang-kuei, Zhou Fagao et Dong Tonghe.

Il n’est cependant pas très raisonnable d’imaginer qu’un élément présent dans quasiment tous les caractères de la série phonétique de 去 n’ai pas été (du moins à l’origine) présent pour 去, et Baxter et Sagart en vertu de ce même raisonnement reconstruisent une rime *-ap pour un stade ancien, proposant plusieurs hypothèses pour expliquer la disparition du *-p.

Du point de vue de 法/灋 cependant, on pourrait très bien se passer du besoin de vérifier la concordance phonétique de 去, du fait du grand nombre de syllabes dans la série phonétique : il est évident que 灋 est bel et bien un idéo-phonogramme (i.e. un caractère donnant accès autant au son qu’opérant une classification au niveau du sens), et que ce qu’en dit le 說文 n’est que l’interprétation d’un lettré du 1er siècle de notre ère, ne correspondant sans doute pas aux raisons ayant présidé au choix des concepteurs du caractère 灋 avant lui.

Conclusion

Il est vrai que l’histoire est intéressante, et est un candidat idéal pour l’introduction d’un ouvrage d’introduction au droit chinois … Mais la réalité est hélas plus terre à terre.

L’exemple est intéressant cependant en ce qu’il montre la propension, dès qu’il s’agit d’écriture chinoise, à confondre des interprétations a posteriori (mêlant souvent origine graphique, moyens mnémotechniques, et étymologie ne se fondant que sur la sémantique) avec les préoccupations des premiers « transcripteurs » du chinois, souvent probablement bien plus prosaïques.

Il montre par ailleurs l’intérêt de la linguistique historique du chinois même pour une discipline pourtant aussi éloignée que le droit, dès lors que cette dernière s’intéresse aux origines du caractère transcrivant le terme la désignant.

Références

Baxter, William & Laurent Sagart. 2014. Old Chinese : A New Reconstruction. Oxford University Press.

Constant, Frédéric & Lopez, Christophe. 2013. Le droit chinois. Dalloz