Archives par mot-clé : étymologie

Trois étymons communs au tangoute et au ouest-rgyalronguique

Dans leur article de 2017 consacré au stau, Jacques et al. répertorient plusieurs innovations lexicales potentielles communes avec le khroskyabs, parmi lesquelles « peau », « fumée » et « coeur ».

Les formes correspondant à ces innovations sont données ci-dessous, en prenant le Geshiza (Honkasalo, 2019) comme référent pour le horpa/stau (H), et le Wobzi (Lai, 2017) pour le khroskyabs (K).

« peau » : H /dʑælæ/ :: K /dʑədʑɑ́/

« fumée » : H /mkʰə/ :: K /mkʰə́/

« coeur » : H /zjar/ :: K /sjɑ̂r/

Il se trouve que des cognats existent en tangoute pour chacune de ces formes :

𘘤𘘾 /dʑjɨ¹dʲwaʳ¹/ « peau » ; du point de vue des voyelles, ce cognat, déjà remarqué par Lai et al. (2020) semble obéir à un schéma de réduplication similaire à celui observé en khroskyabs ; pour autant, cette réduplication du khroskyabs est-elle authentique, ou s’agit-il d’une réanalyse phonologique de syllabes originellement d’initiales distinctes, ainsi que tendraient à l’indiquer le tangoute et le horpa ?

𗿉 /ɣʲu¹/ « fumée » ; l’apparentement peut ici être inféré à partir du couple formé avec 𗞦 /kʲur¹/ « fumer », qui correspond à la paire [/mkhə́/ « fumée », /skhə́/ « fumer »] du khroskyabs de Wobzi. Le tangoute étant connu pour la transphonologisation de ses anciennes préinitiales, le voisement de l’initiale n’est pas étonnant ; on peut se demander cependant si la fricativisation observée n’est pas la trace d’une préinitiale de type « lâche », ce que viendrait suggérer le composé 𗜐𗿉 /mə̄¹- ɣʲu¹/ « fumée de feu », non attesté dans mes textes, mais rapporté par Nishida (1976) : le /m-/ présent ailleurs en ouest-rGyalronguique pourrait ainsi être un ancien élément de nature lexicale. Si l’on regarde le versant sinitique, ce /kʲur¹/ est cognat au verbe 熏 chinois archaïque *qʰu[n] > chinois médiéval xjun (mandarin standard xūn [ɕyn⁵⁵]).

𘙞 zʲər² “pouls” ; le sens observé en tangoute est probablement originel : un glissement sémantique vers « coeur » a probablement eu lieu en horpa et khroskyabs (concurremment à l’abandon de l’étymologie commune au tangoute 𗤶 /nʲīj¹/, au tibétain སྙིང་ snying et au japhug /tɯ-sni/), pendant que la position vacante pour « pouls » occasionnait tant en khroskyabs (/rtsɑ̂/) qu’en horpa (/lɔrdə/) un emprunt au tibétain ལག་རྩ་ lag rtsa.

Ces trois étymons confortent encore un peu plus l’insertion du tangoute au sein de la famille ouest-rgyalronguique.

Références :

Beaudouin, Mathieu. 2020. Tangut: a Horpa language? Some evidence from Initials, Rhymes and Tones in Western rGyalrongic. Manuscript.

Honkasalo, Sami. 2019. A Grammar of Eastern Geshiza : A Culturally Anchored Description: University of Helsinki, Faculty of Arts dissertation.

Jacques, Guillaume, Anton Antonov, Yunfan Lai & Nima Lobsang. 2017. Stau. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages (second edition), London: Routledge.

Lai, Yunfan. 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi: Université Sorbonne Paris Cité dissertation.

Lai, Yunfan, Jesse Gates, Xun Gong & Guillaume Jacques. 2020. Tangut as a West Gyalrongic language. Folia Linguistica Historica.

Nishida, Tatsuo 西田龍雄. 1976. Hsihsia, Tosu and Lolo-Burmese Languages. 音声科学研究 [Studia phonologica] 10. 1–15.

Pour citer ce billet: Mathieu Beaudouin, "Trois étymons communs au tangoute et au ouest-rgyalronguique," in Philo-linguistica, 30/10/2020, https://philoling.hypotheses.org/185.

法 / 灋 : exemple d’étymologie graphique erronée

Dans son petit livre de synthèse sur le droit chinois, Frédéric Constant et Christophe Lopez introduisent leur sujet à l’aide d’une histoire expliquant l’origine du caractère 法 fǎ (« droit »), et reprenant peu ou prou lˈexplication donnée dans le 說文解字 Shuōwén jiězì de 許慎 Xǔ Shèn (c. 58 – c. 148), à savoir que la clé de l’eau correspondrait à une idée de nivellement hydrique (平之如水), et que la partie droite décrirait une licorne légendaire 廌 zhì éradiquant (去 qù) torts et fautes (𢊁所㠯觸不直者去之, 法之正人如𢊁之去惡也).

Essayons de confronter cette petite histoire à ce que nous apprend la phonologie historique du chinois sur ce caractère.

法 / 灋 fǎ (fà) – chinois médiéval (transcription Baxter) pjop – est reconstruit *[p.k]ap en chinois archaïque (reconstruction Baxter/Sagart ; les parenthèses indiquent qu’il est possible qu’un phonème ait pu exister, sans qu’il soit impératif de le supposer, et les crochets que le son était soit celui reconstruit, soit un autre produisant les mêmes réflexes). Pour 法 / 灋, des avatars de la rime se retrouvent dans les emprunts au chinois (vietnamien pháp, coréen 법 beop) et le réflexe -ap peut être observé dans quantité de langues chinoises modernes (/fap7/ pour plusieurs variétés de hakka, /huap/ en chaozhou, etc.).

La reconstruction de cette rime peut être par ailleurs constatée dans beaucoup de syllabes transcrites par des caractères possédant l’élément 去 (exemples tirés de Baxter & Sagart, 2014, p. 153 ; *archaïque > médiéval > mandarin) : 胠 *[kh]<r>ap > khjaep > qū ‘armpit, right wing of an army’ ; 劫 *k(r)ap > kjaep > jié ‘rob’ ; 盍 *m-[k]ʕap > hap > hé ‘thatch, cover (v.)’ ; 蓋 *[k]ʕap-s > kajH > gài ‘cover (v.); cover (n.)’

去 qù quant à lui correspond sur le temps long à deux mots différents :

  • chinois médiéval khjoX « supprimer », reconstruit *[k]h(r)aʔ (< *[k]h(r)ap) en chinois archaïque ;
  • chinois médiéval khjoH « départ, fait de quitter », reconstruit *[k]h(r)a-s (< *[k]h(r)ap-s) en chinois archaïque, le suffixe -s étant ici reconstruit pour expliquer le ton partant H du chinois médiéval.

La rime *-ap est ici reconstruite en raison de la série phonétique constatée pour 去, mais il est vrai que ce réflexe ne peut être constaté dans aucun emprunt d’une langue étrangère au chinois, ou dans aucune langue chinoise moderne ; le chinois médiéval quant à lui pointe en fait plutôt vers une une vélaire, et c’est d’ailleurs une vélaire qu’on retrouve dans les reconstructions de Li Fang-kuei, Zhou Fagao et Dong Tonghe.

Il n’est cependant pas très raisonnable d’imaginer qu’un élément présent dans quasiment tous les caractères de la série phonétique de 去 n’ai pas été (du moins à l’origine) présent pour 去, et Baxter et Sagart en vertu de ce même raisonnement reconstruisent une rime *-ap pour un stade ancien, proposant plusieurs hypothèses pour expliquer la disparition du *-p.

Du point de vue de 法/灋 cependant, on pourrait très bien se passer du besoin de vérifier la concordance phonétique de 去, du fait du grand nombre de syllabes dans la série phonétique : il est évident que 灋 est bel et bien un idéo-phonogramme (i.e. un caractère donnant accès autant au son qu’opérant une classification au niveau du sens), et que ce qu’en dit le 說文 n’est que l’interprétation d’un lettré du 1er siècle de notre ère, ne correspondant sans doute pas aux raisons ayant présidé au choix des concepteurs du caractère 灋 avant lui.

Conclusion

Il est vrai que l’histoire est intéressante, et est un candidat idéal pour l’introduction d’un ouvrage d’introduction au droit chinois … Mais la réalité est hélas plus terre à terre.

L’exemple est intéressant cependant en ce qu’il montre la propension, dès qu’il s’agit d’écriture chinoise, à confondre des interprétations a posteriori (mêlant souvent origine graphique, moyens mnémotechniques, et étymologie ne se fondant que sur la sémantique) avec les préoccupations des premiers « transcripteurs » du chinois, souvent probablement bien plus prosaïques.

Il montre par ailleurs l’intérêt de la linguistique historique du chinois même pour une discipline pourtant aussi éloignée que le droit, dès lors que cette dernière s’intéresse aux origines du caractère transcrivant le terme la désignant.

Références

Baxter, William & Laurent Sagart. 2014. Old Chinese : A New Reconstruction. Oxford University Press.

Constant, Frédéric & Lopez, Christophe. 2013. Le droit chinois. Dalloz