Trois étymons communs au tangoute et au ouest-rgyalronguique

Dans leur article de 2017 consacré au stau, Jacques et al. répertorient plusieurs innovations lexicales potentielles communes avec le khroskyabs, parmi lesquelles « peau », « fumée » et « coeur ».

Les formes correspondant à ces innovations sont données ci-dessous, en prenant le Geshiza (Honkasalo, 2019) comme référent pour le horpa/stau (H), et le Wobzi (Lai, 2017) pour le khroskyabs (K).

« peau » : H /dʑælæ/ :: K /dʑədʑɑ́/

« fumée » : H /mkʰə/ :: K /mkʰə́/

« coeur » : H /zjar/ :: K /sjɑ̂r/

Il se trouve que des cognats existent en tangoute pour chacune de ces formes :

𘘤𘘾 /dʑjɨ¹dʲwaʳ¹/ « peau » ; du point de vue des voyelles, ce cognat, déjà remarqué par Lai et al. (2020) semble obéir à un schéma de réduplication similaire à celui observé en khroskyabs ; pour autant, cette réduplication du khroskyabs est-elle authentique, ou s’agit-il d’une réanalyse phonologique de syllabes originellement d’initiales distinctes, ainsi que tendraient à l’indiquer le tangoute et le horpa ?

𗿉 /ɣʲu¹/ « fumée » ; l’apparentement peut ici être inféré à partir du couple formé avec 𗞦 /kʲur¹/ « fumer », qui correspond à la paire [/mkhə́/ « fumée », /skhə́/ « fumer »] du khroskyabs de Wobzi. Le tangoute étant connu pour la transphonologisation de ses anciennes préinitiales, le voisement de l’initiale n’est pas étonnant ; on peut se demander cependant si la fricativisation observée n’est pas la trace d’une préinitiale de type « lâche », ce que viendrait suggérer le composé 𗜐𗿉 /mə̄¹- ɣʲu¹/ « fumée de feu », non attesté dans mes textes, mais rapporté par Nishida (1976) : le /m-/ présent ailleurs en ouest-rGyalronguique pourrait ainsi être un ancien élément de nature lexicale. Si l’on regarde le versant sinitique, ce /kʲur¹/ est cognat au verbe 熏 chinois archaïque *qʰu[n] > chinois médiéval xjun (mandarin standard xūn [ɕyn⁵⁵]).

𘙞 zʲər² “pouls” ; le sens observé en tangoute est probablement originel : un glissement sémantique vers « coeur » a probablement eu lieu en horpa et khroskyabs (concurremment à l’abandon de l’étymologie commune au tangoute 𗤶 /nʲīj¹/, au tibétain སྙིང་ snying et au japhug /tɯ-sni/), pendant que la position vacante pour « pouls » occasionnait tant en khroskyabs (/rtsɑ̂/) qu’en horpa (/lɔrdə/) un emprunt au tibétain ལག་རྩ་ lag rtsa.

Ces trois étymons confortent encore un peu plus l’insertion du tangoute au sein de la famille ouest-rgyalronguique.

Références :

Beaudouin, Mathieu. 2020. Tangut: a Horpa language? Some evidence from Initials, Rhymes and Tones in Western rGyalrongic. Manuscript.

Honkasalo, Sami. 2019. A Grammar of Eastern Geshiza : A Culturally Anchored Description: University of Helsinki, Faculty of Arts dissertation.

Jacques, Guillaume, Anton Antonov, Yunfan Lai & Nima Lobsang. 2017. Stau. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages (second edition), London: Routledge.

Lai, Yunfan. 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi: Université Sorbonne Paris Cité dissertation.

Lai, Yunfan, Jesse Gates, Xun Gong & Guillaume Jacques. 2020. Tangut as a West Gyalrongic language. Folia Linguistica Historica.

Nishida, Tatsuo 西田龍雄. 1976. Hsihsia, Tosu and Lolo-Burmese Languages. 音声科学研究 [Studia phonologica] 10. 1–15.

Pour citer ce billet: Mathieu Beaudouin, "Trois étymons communs au tangoute et au ouest-rgyalronguique," in Philo-linguistica, 30/10/2020, https://philoling.hypotheses.org/185.

3 réflexions sur « Trois étymons communs au tangoute et au ouest-rgyalronguique »

    1. On peut dire ça comme ça. Comme relevé par Gong Xun, la distinction [ə] / [ɨ] pour le sixième 攝 est toujours marquée par une opposition II / III de grade, aussi la voyelle importe peu, s’agissant d’une distribution complémentaire. Quant à l’initiale, effectivement la comparaison avec le horpa et le khroskyabs montre que si la correspondance T. /ś/ :: W.R. /ɕ/ est biunivoque, pour z / ź en revanche la contrepartie est toujours en [z] en horpa (avec aucune prédictibilité, ce qui semble exclure une une allophonie contextuelle), ce qui est anormal compte tenu de la fréquence de /ʑ/, supérieure à /ɕ/ (Honkasalo p.136).

      1. Par ailleurs l’initiale ź est chez GHC, hormis pour un exemple problématique 𘙡 [ź]we (le fanqie de 𘙡 dans le Wenhai est 𗥕𗡩 [z]u – x[we]), toujours accompagnée du yod de grade III. Il semble donc y avoir allophonie phonologique, i.e. inexistence phonologique de ź à l’initiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.