A quoi servent les sciences non appliquées ?

“A quoi sert l’étude de la langue tangoute ?”

Cette question, qu’on m’a posée récemment, m’a conduit à m’interroger sur le rôle de mon travail, et plus généralement sur celui de la recherche en sciences humaines et fondamentales.

Le verbe principal de cette question, “servir”, renvoie à une multitude de possibilités sémantiques qu’il faudrait traiter séparément. Je m’arrêterai ici sur le sens suivant : “quelle est son utilité pratique, ou quelle est l’applicabilité de son étude ?”.

La réponse dans mon cas serait similaire à celle valable pour l’ensemble des sciences humaines ou fondamentales : aucune. Les “sciences appliquées” tendent à apporter un ensemble de méthodologies à même de contribuer à résoudre un problème pratique, ou à venir aiguiller l’action. Rien de tel pour les disciplines fondamentales : l’absence ou la présence d’un problème pratique ne constituant pas un critère d’existence pour ces dernières (parmi lesquelles la linguistique, les mathématiques fondamentales, la physique, l’histoire, etc.), elles ne servent alors, dans un premier temps (i.e., jusqu’à ce que quelqu’un leur trouve une applicabilité secondaire), “à rien”. Ne pas se méprendre cependant : cette inutilité est foncièrement révélatrice de leur primat, du fait que justement les disciplines fondamentales ne doivent rien à qui/quoi que ce soit, le seul problème qu’elles tentent de résoudre étant l’existant, ou plus précisément quelques inconnues définies et circonscrites de l’existant. Leur destination consiste donc également à résoudre des problèmes, certes ; mais ces problèmes ne trouvent in fine de justification que dans le désir de savoir de l’investigateur.

Faisons une expérience de pensée, et imaginons que nous devenions du jour au lendemain immortels ou incapables de tomber malade : la médecine, une des disciplines les plus utiles qui soit, perdrait alors sa raison d’être. La recherche en biologie pourrait continuer, se saisissant de questions nouvelles ; mais la médecine, avec la perte de la nécessité de soigner, disparaitrait purement et simplement. Rien de tel pour l’étude de la langue et du langage, où le chercheur est aiguillé par sa seule curiosité, où la motivation n’est en dernier ressort pas motivée par un impératif d’action ou de traitement (il n’y a pas de nécessité à comprendre le langage et les langues). Certes, pour faire un parallèle avec l’exemple de la maladie, la disparition de la faculté de langage porterait un coup potentiellement fatal à la discipline qui l’étudie. Mais ! Cette disparition est d’une part difficilement concevable, car elle entrainerait avec elle, avec la chute de la référentialité nécessaire à tout type de savoir, l’ensemble des sciences1 – l’exemple de la physique et de la biologie renvoient au même problème (la subséquente impossibilité d’un sujet observant) : il faudrait pour que la motivation de l’existence de ces disciplines cesse, ou que le vivant ne soit plus dans le cas de la seconde, ou que l’existant ne soit plus dans la cas de la première ; d’autre part, il y a une nuance à saisir, entre l’absence de question liée à une absence d’objet (qui n’entraine pas – virtuellement – la chute de la motivation d’un questionnement, simple curiosité originelle non réductible à son objet), et l’absence de question liée à une absence d’impératif d’action. Autrement dit, toujours en reprenant cette expérience de pensée, il convient de distinguer impossibilité du questionnement (disparition de l’objet : langue, monde, vivant, société, etc.) et inopportunité (disparition d’une nécessité de résoudre un problème tel une maladie, les inégalités, etc.), l’inopportunité rejoignant l’impossibilité dans le deuxième cas, puisqu’elle est également subséquente à la disparition d’un objet, le problème en question.

On peut encore développer : la disparition de la motivation de l’existence des disciplines fondamentales et des humanités (dont les contours internes varient dans le temps) n’est, à l’exclusion de la suppression du désir de savoir, possible que dans un cas : celui où nous n’existerions pas, ou celui où nous serions incapables d’en rendre compte ; elle n’est donc, par induction, pas possible. Ce n’est pas le cas pour les disciplines appliquées : l’objet – souvent contingent/particulier – de ces dernières supprimé, nous n’en serions pas moins existants ou complets.

Les disciplines fondamentales et les humanités touchent au coeur même de ce qui nous rend humains, vivants, existants ; tout questionnement relatif à ces domaines – quand bien même on lui trouverait au bout du compte une utilité – ne peut donc se développer correctement qu’en dehors des impératifs émanant des sciences appliquées. Pourtant, c’est ce paradigme de la recherche sur projet, avec des résultats tangibles, qui a pris le dessus, forçant les chercheurs à justifier de l’utilité pratique d’une recherche qui – et ils devraient toujours s’en rappeler – n’en a absolument pas besoin pour exister.

  1. La langue est nécessaire à la référence aux phénomènes, ce qui fait dire à Benveniste que c’est bien le langage qui contient la société, et pas le contraire []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.