Une réflection analogique entre numéraux et préverbes d’orientation en tangoute ?

Les préverbes d’orientation du tangoute trouvent en geshiza une parfaite contrepartie :

𗱢 nʲa¹- :: næ- (bas) ; 𗋚 .wʲə²- :: wə- (G. aval, T. centrifuge) ; 𘙌 kʲə¹- :: gæ (G. amont, T. centripète) ; 𗞞 dʲa²- :: dæ- (non orientationnel).

Noter la divergence entre les coronales (a :: æ, par ailleurs largement attestée) et la vélaire (configuration similaire avec le numéral « 9 » : ŋgæ :: 𗢭 gʲəə¹ – une prénasale devrait d’ailleurs ici probablement être reconstruite en tangoute) ; concernant 𗞞 dʲa²- :: dæ-, outre la correspondance, on observe une similitude de comportements assez frappante entre tangoute et geshiza, tant en termes distributionnels (verbes similaires) que sémantiques (complétion de l’action sans orientation) et collocationels (co-occurrence privilégiée de l’inférentiel), qui doit nous conduire à l’interpréter comme un perfectif (point développé dans un article en cours).

Cependant il y a au sein de la série deux cases qui ne concordent pas : premièrement, le préfixe pour « haut » est rə- en geshiza, .a- en tangoute ; deuxièmement il existe un préverbe en tangoute 𘙇 rʲəʳ²- qui encode une direction non définie, et qui semblerait en fait indiquer une idée de distance (la rhotacisation est due à l’initiale). D’un point de vue sémantique, étant donné que le rə- du geshiza indique également l’éloignement vis-à-vis d’un référent fluvial, le glissement ne semble pas impossible.

A côté des préfixes, il existe parmi les numéraux une forme préfixée à un classificateur, écrite à l’aide du même caractère 𗈪 .a- en tangoute, æ- en geshiza (noter la correspondance), ce même 𗈪 .a- peut servir de préfixe interrogatif, rôle également dévolu à un morphème æ- en geshiza. Les numéraux libres sont respectivement 𘈩 lew¹ et rəu.

En khroskyabs de Wobzi, la distribution est, du point de vue des deux directions (haut ə̂-, indéfini rə-), du préfixe modal ə̂-, et des numéraux (ə̂-, rɑ̂ɣ), complètement identique à celle du tangoute. Mais alors, d’où vient cette rupture constatée en geshiza ?

Le rgyalrong de l’Est pourrait donner quelques indices : en japhug, le préverbe pour « haut » tɤ- (:: geshiza rə-) partage une identité d’initiale avec le numéral libre pour « un » tɤɣ ( :: wobzi rɑ̂ɣ) ; le corrélat lié est, de façon beaucoup plus logique qu’en ouest-rgyalronguique, tɯ-; enfin, il existe un préfixe interrogatif ɯ-.

On peut supposer le chemin suivant.

Pour le numéral libre « un » le seul changement observé est la latéralisation de la coronale initiale, puis le changement ɣ > w en tangoute et geshiza. Pour les préfixes interrogatifs, on devrait pouvoir reconstruire une forme *V-.

A l’origine *rə- encodait la direction « haut », ainsi que le montre ce qui semble être une rétention du geshiza (:: japhug tɤ-). Pour la forme liée du numéral « un » : il pourrait tout aussi bien s’agir d’une innovation ouest-rgyalronguique que d’une analogie ayant eu lieu en est-rgyalronguique. Nous privilégions la première option.

D’une base polysémique *rə- aurait pu se spécialiser dans l’encodage d’une direction indéfinie, quand par analogie avec les autres formes préfixées, .a- et ə̂-venaient occuper le créneau dédié à l’encodage de la direction « haut » ; cette réanalyse aurait pu se faire en plusieurs étapes, ainsi que le montre la préservation d’une latérale dans la série irréelle du .jorogs, ou le corrélat de o- (« haut ») est la-.

Pour valider cette hypothèse, une meilleure compréhension des conditions de passage des occlusives aux latérales, une documentation complète des directionnels du horpa et une compréhension plus fine de l’indéfinitude de la directionnalité de 𘙇 rʲəʳ²- seront nécessaires.

Pour citer ce billet: Mathieu Beaudouin, "Une réflection analogique entre numéraux et préverbes d’orientation en tangoute ?," in Philo-linguistica, 31/03/2020, https://philoling.hypotheses.org/97.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.